5
En ce moment ...
Edit Content
Click on the Edit Content button to edit/add the content.

Alimentation et activité hormonale : que manger pour freiner l’appétit et ne pas prendre de poids

Diète

« Les déséquilibres hormonaux, lorsqu’ils ne sont pas liés à des pathologies, mais à un mode de vie incorrect, peuvent entraîner des troubles et une prise de poids. Avec une bonne nutrition, il est possible de les éviter ». L’entretien avec le Dr. Fabio Mariniello

Alimentation et activité hormonale : que manger pour freiner l’appétit et ne pas prendre de poids

Les altérations hormonales peuvent affecter l’humeur, le poids, la sensation de faim, le sommeil et de nombreux autres aspects psychophysiques, entraînant des troubles et, parfois, des maladies telles que l’obésité. En effet, les hormones régulent le bon fonctionnement de l’organisme en influençant différents processus tels que le métabolisme, la croissance, le développement, la reproduction et les caractéristiques sexuelles. Cependant, l’activité hormonale n’est pas stable au cours de la vie, mais peut être altérée par divers facteurs tels que l’alimentation, le mode de vie et le vieillissement de l’organisme (selon certaines études elle serait à la base de la sénescence), ou liée à des maladies auto-immunes. , comme l’hypothyroïdie ou le diabète de type 1. S’il existe un lien avec des pathologies, une thérapie spécifique prescrite par des spécialistes est nécessaire, sinon il est possible d’intervenir en corrigeant l’hygiène de vie et surtout la nutrition pour rétablir un équilibre endocrinien. « Une alimentation correcte permet, en effet, – explique un NaplesAujourd’hui le nutritionniste Fabio Mariniello – d’une part pour inhiber la production d’hormones qui font accumuler les graisses, comme l’insuline, et, d’autre part, pour stimuler celles qui les font brûler, comme le glucagon, en maintenant le poids sous contrôle ».

Dr Mariniello, les déséquilibres hormonaux sont à la base de nombreuses pathologies ou d’un excès de poids. Comment affectent-ils le métabolisme et l’assimilation des calories ?

« Les hormones sont nombreuses et jouent un rôle fondamental dans le métabolisme énergétique. Beaucoup d’entre eux travaillent d’une manière si précise et calculée que ceux qui étudient le sujet pour la première fois en sont étonnés. Leur sécrétion est parfois influencée par l’apport calorique total mais, en parallèle, elles conditionnent également l’utilisation de ces calories. Il y a donc une double relation. Notre façon de manger peut changer « combien » et « comment » ils doivent fonctionner et vice versa. Plusieurs maladies métaboliques sont causées par une sécrétion anormale (excessive ou réduite) d’hormones. Avec certains d’entre eux, nous vivons ensemble, d’autres ont besoin d’une thérapie, d’autres encore, malheureusement, sont inconciliables avec une bonne qualité de vie. La nutrition humaine est comparable à une mosaïque complexe. Les hormones sont l’une des nombreuses pièces qui font partie de la conception globale. Comprendre leur fonctionnement est important, mais il faut aussi avoir d’autres connaissances pour tout comprendre ».

De quelles hormones parle-t-on ?

« La liste est longue, je cite les principaux : Insuline, Glucagon, Ghréline, Leptine, Adiponectine, Hormones thyroïdiennes, Gh, Cortisol, Androgènes et Estrogènes, ne sont que quelques-uns des acteurs de la scène physio-métabolique humaine. Chacun d’entre eux doit être produit au bon moment, en réponse au bon stimulus, dans la bonne concentration. L’insuline est une hormone spéciale, elle fait plusieurs choses en même temps. Sa tâche principale, dite de manière simple (et compréhensible) est de réduire la glycémie lorsqu’il y a trop de glucides dans le sang. Après le repas, notre corps commence à digérer les glucides, les simplifiant en molécules simples comme le glucose. Celui-ci passera dans la circulation et devra se déposer dans certains tissus comme les muscles, le foie et la graisse. Si cela ne se produit pas rapidement, cet excès de glucose endommagera les vaisseaux sanguins au fil des mois. D’une manière générale, chez une personne en bonne santé, plus la quantité de glucides ingérés en peu de temps est importante, plus la libération de l’hormone est importante. L’objectif est de rétablir la glycémie correcte au plus tard deux heures après le repas. De plus, l’insuline a une forte action anabolisante, c’est-à-dire qu’elle stimule la croissance et la régénération de notre corps. C’est la principale raison pour laquelle il est également utilisé comme dopant dans le sport. En voulant être encore plus précis, l’insuline favorise également la formation du tissu adipeux. On dit, en effet, qu’il a une action lipo-synthétique. En raison de cette fonction, il a été diabolisé, incitant les modes nutritionnelles à réduire considérablement les glucides. Les mauvaises conclusions ont été tirées d’un discours complexe. Parlons des maladies. Un pancréas qui libère trop d’insuline pendant trop longtemps (des mois et des années) peut entraîner une condition appelée résistance à l’insuline, qui précède le diabète de type 2. Un pancréas qui ne libère pas assez d’insuline (ou qui a complètement cessé d’en produire) conduira au diabète . tapez 1 « .

Et quelles fonctions remplissent les autres hormones ?

« Le glucagon est l’une des hormones qui fait le contraire (toujours en simplifiant beaucoup) de l’insuline. Cette molécule permet en effet de rétablir la bonne glycémie lorsqu’il y a trop peu de glucose dans la circulation. Quand entre-t-il en action ? A jeun, pendant la nuit ou après un effort physique prolongé. D’autres hormones lui viennent souvent en aide, comme le cortisol et d’autres hormones contre-insulaires. Vous comprendrez donc à quel point il est important de maintenir une glycémie constante. La sensation de faim est également gérée par les hormones. La ghréline et la leptine ne sont que deux des nombreux messagers qui régulent la faim et la satiété. La ghréline induit une puissante sensation de faim, qui incitera sans le savoir les gens à manger. Cependant, il a été démontré expérimentalement qu’il ne suffit pas d’interférer avec son fonctionnement. La leptine est produite par nos adipocytes et agit d’une manière particulière. Plus nous avons de graisse dans le corps, plus nous en produisons. Cela nous fera sentir moins faim. Dans un monde idéal, la leptine devrait nous permettre de maintenir notre poids en parfait équilibre. Ce n’est pas si facile même dans ce cas. L’excès de leptine n’induit pas l’absence totale de faim. Le mécanisme est délicat et lorsqu’il est sollicité, il casse. Les obèses ont des niveaux élevés de leptine, mais l’appétit reste ».

Cependant, les déséquilibres hormonaux peuvent-ils être facilement contrôlés par l’alimentation ? Comment le choix de certains aliments peut-il rééquilibrer l’activité hormonale, et ainsi faciliter la perte de poids ?

« Répondre à cette question n’est pas facile car pour chaque hormone, nous devons donner une réponse unique et spécifique. En général, une personne de poids normal, qui mange bien et qui s’entraîne, a un profil hormonal correct. Mais ce n’est pas toujours vrai toujours. Certaines hormones sont directement influencées par les habitudes alimentaires, pour le meilleur ou pour le pire. Si vous intervenez à temps, les conditions d’hyper-insulinémie et d’hyper-leptinémie peuvent être corrigées. Il en va de même pour la leptine et l’adiponectine. Si, en mangeant bien, je maintiens le bon niveau de tissu adipeux, les signaux de faim et de satiété fonctionneront à nouveau. D’autre part, certains mécanismes, une fois compromis, ne peuvent pas être réparés avec l’alimentation seule. Dans ce cas, une bonne nutrition aide mais ne suffit pas, bien que les régimes spécifiques soient très à la mode. Quels aliments recommanderais-je pour tout garder sous contrôle ? Avant toute chose, il faut privilégier les glucides entiers, dont les fibres (parmi les nombreuses fonctions bénéfiques) vont faciliter le travail du pancréas. Il faut réduire la consommation de sucres simples, puis consommer peu de miel, peu de confiture, le moins possible d’en-cas et de biscuits, la juste quantité de fruits (même cela, en excès, crée des problèmes). Les repas doivent être équilibrés en macronutriments, toujours. Il est nécessaire de prendre ensemble des glucides complexes, des protéines et des graisses, ce qui ralentit la digestion et l’augmentation de la glycémie post-prandiale. Il faut éviter de sauter des repas comme stratagème pour se gaver, afin de ne pas perturber le mécanisme du glucagon et de la ghréline ».

Existe-t-il des stratégies générales pour contrôler l’activité hormonale et ne pas risquer de voir votre tour de taille augmenter ?

  • « Solution N. 1 : rester dans un poids normal. S’il y a des déséquilibres hormonaux, cela nous permettra de minimiser les dégâts ou de pouvoir les traiter de manière plus ciblée, en excluant les problèmes parallèles.
  • Solution n.m. 2 : faire du sport. Peu importe quoi, mais au moins 3 fois par semaine, nous devons garder le corps actif et stressé.
  • Solution n.m. 3 : être examiné par un endocrinologue au moins une fois par an. Trop de patients savent qu’ils ont une maladie mais décident de ne pas se contrôler.
  • Solution n.m. 4 : être suivi par un professionnel de l’alimentation qualifié. On ne se tourne pas vers le nutritionniste uniquement pour perdre du poids, mais aussi pour mettre en place une alimentation équilibrée dont le but est de rester en bonne santé ».

4/5 - (344 votes)
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LA RÉDACTION
Cet article a été rédigé par Sophie, auteur pour le blog l’info du mouton depuis 3 ans. Retrouvez son histoire sur sa fiche auteur en bas de l’article.
NEWSLETTER
logo les infos du mouton

Obtenez des bons plans en avance en souscrivant à la newsletter !

Retour en haut