croyance voyance

La voyance, faut-il y croire ?

Véritable question, la voyance intrigue toujours autant ...

Voyance, y croire ou pas

Lorsque nous nous rendons en consultation de voyance, nous tenons généralement pour acquis que « ça marche », nous y croyions soit sur la base d’une expérience personnelle passée ou relatée par une tierce personne ayant déjà consulté une ou un voyant, soit sur celle d’un préjugé positif que nous accordons au phénomène de la voyance, un art divinatoire. Mais ce n’est pas toujours le cas, pour les personnes très rationnelles, le doute est souvent présent. Ces dernières cherchent au minimum une forme de sécurité dans la voyance traditionnelle, qui par définition a une légitimé de par sa longévité.

Croire en la voyance, pourquoi

Il est cependant possible d’expliquer tout à fait rationnellement ce qui en apparence relève totalement de l’irrationnel. Car prévoir l’avenir ne signifie pas forcément que tout serait prédéterminé, que notre chemin serait tout tracé. Dès notre plus jeune âge nous développons certaines caractéristiques,  un caractère précisément, des orientations de pensées, des manières d’agir et de réagir, de répondre aux multiples sollicitations de la vie.

Voyance et psychologie

Cette tournure d’esprit qui nous est propre ne fait pas seulement ce que nous sommes, un individu particulier avec ses caractéristiques spécifiques, mais détermine également le type d’événements ou de circonstances que nous allons trouver sur notre chemin : on ne rencontre que le monde que l’on engendre. Cette loi qui nous gouverne a été amplement analysée par le psychologue et psychiatre suisse Carl Gustav Jung à travers ses ouvrages.

Les mécanismes du don de voyance

Une personne investie d’un don de voyance est quelqu’un qui est naturellement perméable à l’inconscient des autres, c’est-à-dire qu’elle capte, avec plus ou moins d’exactitude et de précision, l’ensemble de la problématique que la personne qui vient consulter porte en lui, et qui va s’articuler selon une ligne passé – présent – futur prévisible, car logique : telle cause produit toujours tel effet.

Le conseil dans la consultation de voyance

Mais, parce que nous avons toujours la possibilité et donc le libre-arbitre d’agir sur les causes afin de les modifier, tout n’est pas déterminé. Une voyante ou un voyant représente alors une aide précieuse en ce qu’il ou elle peut nous conseiller sur les changements à apporter en nous-mêmes afin de modifier, dans un sens plus favorable ou positif, notre trajectoire de vie. Une consultation de voyance devrait avant tout servir à cela : améliorer notre devenir en créant une nouvelle dynamique et en restaurant la confiance en notre propre pouvoir intérieur.

croire en la voyance

L’espoir peut influencer la voyance

Lorsque nous nous décidons de chercher aide et conseil dans une consultation de voyance, nous apportons avec nous nos espoirs autant que nos craintes. C’est aussi le cas lorsque nous essayons de répondre nous-mêmes aux questions et pour cela décidons d’apprendre la voyance. Parfois nos espoirs sont si forts, ils imprègnent tellement notre inconscient que le voyant ou la voyante ne peut pas faire autrement que de les capter. Par exemple, si nous venons avec une question de voyance amoureuse, plus précisément : mon amour va-t-il (elle) revenir ? M’aime-t-il (elle) encore ? Nous espérons évidemment, parfois avec toute la force du désespoir, que la réponse sera « oui » pour les deux questions. Et si la méthode utilisée associe cartomancie et voyance, chaque carte peut avoir une signification positive ou négative.

Le voyant peut alors être doublement piégé. D’une part s’il ne maîtrise pas correctement son empathie pour son consultant, il va se brancher instinctivement sur ses ondes émotionnelles, percevoir sa détresse et désirer inconsciemment soulager la personne. En s’entendant dire « votre amoureux va revenir, il vous aime encore », il va croire qu’il a eu un flash direct, qu’il a fait une voyance sérieuse et juste. Il aura été trompé par ses bonnes intentions. D’autre part, même sans empathie excessive, le voyant peut simplement percevoir le désir et l’interpréter comme étant la réalité, même s’il désire lui-même faire une voyance fiable.

Comment dissocier l’espoir de la voyance

Bien sûr une voyante ou un voyant expérimenté connaissent ces pièges et savent la plupart du temps y pallier. Un bon voyant s’appuie sur une empreinte concrète de ses consultants en leur demandant une série de nombres pour les interpréter grace à la numérologie, il capte tout de suite quand les nombres reflètent les espoirs de la personne et lui demande alors une deuxième série. Ce décalage est d’une certaine manière salutaire pour le consultant qui lâche prise, sur le moment, et donne ainsi une empreinte beaucoup plus objective.

Chaque professionnel de la voyance a ses stratégies pour « voir » au-delà du voile des espérances que son consultant projette dans cet espace qui sépare le moment de la formulation de la question et l’obtention de la réponse.

Mais le consultant qui fait la démarche vers un cabinet de voyance peut aussi aider le voyant en se mettant dans une disposition intérieure qui facilitera le travail de celui-ci, en lui offrant une certaine transparence qui favorisera plus aisément une voyance fiable.