Étudiant : comment choisir une mutuelle adaptée ?

À moins qu’ils soient issus de familles particulièrement aisées, les étudiants ont souvent un budget limité. En raison des nombreuses charges auxquelles ils doivent faire face, les apprenants font l’impasse sur les soins et relèguent la santé au second plan, loin derrière les questions du logement, de transport et de l’alimentation. Vous l’ignorez peut-être, mais la Sécurité sociale ne couvre pas tous les frais de santé. Dans ces conditions, quelle attitude adopter face aux surcoûts de santé ? Pour cela, l’étudiant doit penser à souscrire une mutuelle pour éviter les mauvaises surprises, même si celle-ci n’est pas obligatoire. Comment choisir un organisme adapté ?

Mutuelle étudiante : qu’est-ce que c’est ?

C’est un fait, la Sécurité sociale ne prend pas en charge tous les frais de santé. L’étudiant qui a un budget très limité peut alors se trouver en mauvaise posture face à des frais de santé élevés. C’est là qu’intervient la mutuelle étudiante. Cet organisme prend en charge la part qui n’est pas remboursée par la Sécurité sociale. En somme, une mutuelle pour un étudiant est une complémentaire santé qui agit comme une seconde couverture. À ne pas confondre avec la Sécurité sociale étudiante, un régime particulier dont bénéficiaient les apprenants et qui a été supprimé en 2019. Il existe plusieurs types de mutuelles étudiantes (LMDE, SMEREP, Emevia, MGEN, HEYME…) qui offrent différentes formules plus ou moins en adéquation avec le budget et les attentes des apprenants. Parmi les offres ciblées, on peut citer les forfaits masque de protection, préservatifs et pilules contraceptives, remboursement frais de taxi pour des retours de soirée…

Pourquoi souscrire une mutuelle étudiante ?

La mutuelle étudiante n’est pas obligatoire, mais elle est fortement recommandée. Sacrifier sa santé pour des raisons budgétaires peut-être un acte dangereux. Car, il est impossible de tout prévoir dans la vie. Il peut arriver que vos soins (dentaire, optique) dépassent largement le budget que vous vous êtes fixé. Que faire dans ce cas ? Souscrire une mutuelle vous permettra de bénéficier des soins dont vous avez besoin sans dépenser le moindre sou. Par exemple, pour une consultation chez votre médecin traitant, la Sécurité sociale ne prend en charge que 70% des dépenses, et seulement 30% lorsque vous vous rendez chez un autre médecin généraliste. En ce qui concerne les frais d’hospitalisation, les Caisses Primaires d’Assurance Maladie (CPAM) ne restituent que 80%. Le remboursement s’élève à 60% pour des soins réalisés chez des auxiliaires médicaux (infirmiers, kinés…). Vous l’aurez compris, la complémentaire santé prendra alors le relais pour éviter que vous ne payiez le reste de votre poche. Mais, comment choisir une mutuelle qui couvre convenablement ses besoins médicaux ?

Comment choisir une mutuelle pour étudiants ?

Si le prix est un facteur déterminant dans le choix d’une mutuelle santé, il n’est cependant pas le seul critère à prendre en compte lorsque vous vous amuserez à faire des comparaisons sur des sites spécialisés (nous y reviendrons). N’oubliez surtout pas qu’un organisme pas cher offre souvent de faibles niveaux de remboursement. Pour bien choisir une mutuelle, voici ce qu’il faut prendre en compte :

  • Le montant des remboursements,
  • Les garanties,
  • Les exclusions de garanties,
  • Les offres complémentaires.

Que proposent les différentes mutuelles concernant les montants de remboursement ? Prenez le temps de bien analyser les différentes offres pour être certain d’être remboursé au moment opportun.

En ce qui concerne les garanties, si vous disposez d’un petit budget, il est préférable de souscrire celles qui sont essentielles pour vous. Faire baisser le nombre de garanties optionnelles est une bonne option pour réduire le prix de sa mutuelle.

Le saviez-vous ? Le contrat d’assurance ne couvre pas certaines dépenses de santé comme les médecines douces (acupuncture, ostéopathie) et la psychologie. Lisez attentivement les documents qu’on vous remet et vérifiez soigneusement les exclusions de garanties.

Pour choisir une mutuelle, ne faites surtout pas l’impasse sur les services complémentaires. Par exemple, une application mobile ergonomique et un parcours de souscription fluide sont des éléments qui vous faciliteront la vie.

Choisir une mutuelle en fonction de son profil

Vous n’avez probablement pas les mêmes problèmes de santé que votre voisin de table ou votre meilleur ami qui étudie dans la même université que vous. Vous n’avez peut-être pas le même budget à consacrer à la mutuelle. Par conséquent, réfléchissez à deux fois avant de choisir les mêmes options ou le même organisme que vos amis. Le mieux à faire c’est de choisir en fonction de son profil (situation et budget). Comme indiqué plus haut, vous pouvez demander d’être bien remboursé sur des formules essentielles, et moins bien sur d’autres. Par exemple, si vous souffrez de problèmes récurrents aux yeux, vous pouvez réclamer une bonne couverture optique pour vos lunettes et réduire le remboursement des soins dentaires.

Choisir une mutuelle pas chère

Vous souhaitez souscrire à une mutuelle, mais vous avez un budget très limité ? Pas de panique. Vous trouverez certainement des organismes pas chers qui offrent un minimum de garanties. Vous avez également la possibilité de souscrire une Complémentaire santé solidaire (CSS), un dispositif de l’État destiné aux ressources modestes.

Comparer les mutuelles pour étudiants

Comparer les mutuelles est la meilleure solution pour choisir l’organisme le plus adapté à vos besoins médicaux. Passez au crible toutes les formules proposées et évaluez-les selon vos critères pour trouver la complémentaire santé qui vous convient le mieux. Pour vous faciliter la tâche, utilisez un comparateur fiable et gratuit en ligne afin de vous accompagner dans votre démarche.

Opter pour sa propre mutuelle étudiante ou se tourner vers l’organisme de ses parents

Avoir sa propre complémentaire santé permet d’être plus autonome, surtout si l’on prend des soins dont on n’a pas envie d’en parler avec les parents. De plus, les garanties de la mutuelle familiale ne sont pas forcément adaptées aux besoins de l’étudiant qui entame une nouvelle vie. Pour avoir sa propre couverture santé, il suffit de choisir un organisme adapté à ses besoins après avoir mis un terme au contrat familial.

Notez que les étudiants non-salariés restent rattachés à la mutuelle santé de leurs parents jusqu’à l’âge de 26 ans.

Étudiant et salarié : quel complémentaire santé choisir ?

Lorsqu’un étudiant exerce un travail régulier ou fait un job d’été, il est souvent contraint de choisir la mutuelle santé de son entreprise. C’est ce qu’on appelle la mutuelle obligatoire ou la complémentaire santé ANI. Mais, cette disposition n’est pas obligatoire si :

  • Le salarié est en CDD de moins de 3 mois,
  • Le travailleur est en mission intérimaire de moins de 3 mois,
  • Le salarié est à temps partiel et qu’il travaille moins de 15 h par semaine,
  • L’employé bénéficie de la Complémentaire santé solidaire (CSS),
  • L’étudiant a déjà une mutuelle avant d’être embauché.

Dans le dernier cas, la personne concernée doit souscrire à la mutuelle d’entreprise après la fin de son contrat avec son organisme.

Choisir une mutuelle en fonction de sa situation

Peut-on rester couvert par sa mutuelle étudiante pendant une année de césure ?

Oui, il est tout à fait possible de rester couvert par sa mutuelle pendant une année de césure. Il faut cependant adapter sa couverture maladie en fonction de sa situation.

Si vous suivez une formation universitaire dans l’Hexagone, votre statut ne change pas. La loi vous autorise à garder votre mutuelle ou souscrire une complémentaire santé si vous ne bénéficiez pas encore d’une couverture.

Ceux qui exercent une activité salariée hors du territoire français doivent résilier leur contrat avec leur mutuelle étudiante pour adhérer à la complémentaire santé de leur société. Sauf s’ils se trouvent dans l’un des cas énumérés plus haut.

Vous pouvez conserver votre mutuelle actuelle si vous êtes bénévole ou exercez une activité professionnelle non-salariée en France.

Pendant une année de césure, vous pouvez décider de partir habiter à l’étranger. Dans ce cas, contactez votre mutuelle pour avoir plus de précisions.