anxieté sociale

Les symptômes de l’anxiété sociale: comment la reconnaître ?

Comprendre les signes pour vivre mieux

L’anxiété sociale, aussi appelée “phobie sociale”, fait partie des troubles anxieux. Elle est caractérisée par une angoisse survenant lors de contextes impliquant des interactions sociales. Ces situations craintes peuvent être de différentes natures : cela va des situations limitées comme une prise de parole en public, jusqu’à des situations plus générales, comme toute discussion avec une autre personne. En dehors de ces situations, il n’y a pas de malaise ressenti, ce qui pousse à créer une tendance à l’évitement de ces situations craintes. Ce mécanisme peut engendrer une anxiété anticipatoire, à savoir s’inquiéter et ressentir une douleur avant même que la situation en question survienne. Nous allons voir comment reconnaître les symptômes de l’anxiété sociale, puis comprendre comment la distinguer des autres troubles anxieux.

Quels sont les symptômes de l’anxiété sociale ?

Les personnes souffrant d’anxiété sociale ou de phobie sociale  présentent habituellement les symptômes suivants :

  • Une anxiété anticipatoire de la situation phobogène avec une tendance à l’évitement
  • Un inconfort plus ou moins intense au moment d’être dans la situation crainte, avec l’apparition de symptômes physiques plus ou moins variés :
    • Des tremblements musculaires
    • Des bégaiements
    • Des sudations (tendance à transpirer excessivement)
    • Des rougissements (la phobie de rougir est d’ailleurs une sous-catégorie d’anxiété sociale, appelée l’éreutophobie)

 

A cela s’ajoute le poids du regard des autres. En effet, les personnes sujettes à l’anxiété sociale ont souvent très peur du jugement des autres qui pourraient repérer la survenue de leurs symptômes. Elles ont tendance à penser qu’elles sont jugées par les autres comme étant inadéquates et bizarres.

L’anxiété sociale peut entraîner des symptômes physiques et psychologiques si intenses que la personne en devient handicapée au quotidien. Dans ce cas, la vie personnelle et professionnelle de celui ou celle qui en est atteint devient très compliquée à mener normalement. Cela peut engendrer des abus et des excès, comme la consommation d’alcool ou de drogues, l’isolement à la relation aux autres, etc.

Comment distinguer l’anxiété sociale des autres troubles ?

Pour mieux comprendre si une personne est sujette à de l’anxiété sociale, il est utile d’expliquer en quoi cette dernière diffère d’autres troubles qui peuvent sembler proches.

La distinguer du trouble panique

Les pensées de la personne souffrant d’anxiété sociale sont principalement dirigées vers la peur d’être jugée négativement de la part des personnes environnantes. En revanche, dans le cas du trouble panique, les pensées sont plutôt orientées vers la peur d’avoir des symptômes somatiques comme une crise cardiaque ou un AVC. Les éléments déclencheurs sont par ailleurs différents : dans le cas d’une anxiété sociale, il s’agit d’éléments d’interaction sociale ou de situations de performance.

La distinguer de l’agoraphobie

En ce qui concerne l’agoraphobie, l’évitement est vu comme un moyen de limiter la peur et la survenue d’une crise d’angoisse, quelque soit les stimuli externes provoquant cette crise d’angoisse. Dans le cas de l’anxiété sociale, l’évitement permet de ne pas être l’objet d’une évaluation négative de la part d’autres personnes.

La distinguer du trouble de la personnalité évitante

La personne souffrant de trouble de la personnalité évitante a des croyances négatives fortes autour de l’idée d’être inadéquate ou inférieure aux autres, couplées à l’idée que les autres sont hostiles et opprimants. La personne souffrant d’anxiété sociale ne juge pas aussi négativement les personnes environnantes, sa peur est centrée autour de sa propre performance en société.