Quelle est la meilleure eau pour la santé ?

Pour vivre une vie plus saine, nous vous encourageons à jeter un coup d’œil à la qualité de l’eau que vous consommez chaque jour. Les scientifiques pensent que notre corps est composé d’environ 65 % d’eau [1 2, 3], ce qui indique clairement à quel point son rôle est crucial dans le fonctionnement global de l’organisme.

Elle joue un rôle dans de nombreuses fonctions vitales telles que le contrôle de la température corporelle et l’élimination des déchets toxiques, la digestion, la production de salive ainsi que la protection des organes et tissus et des articulations, la lubrification des articulations l’apport en oxygène et plus encore. Il est donc crucial de boire une eau capable de répondre aux besoins de notre corps. Cependant, seul un faible pourcentage d’entre nous boit de l’eau qui est saine pour nous. Si nous pouvons avoir accès à de l’eau « potable » au robinet, ou même en bouteille, cela ne signifie pas nécessairement que l’eau que nous consommons est idéale pour notre santé.

Dans cet article, nous souhaitons aller droit au but malgré la complexité. Nous nous concentrons sur les éléments clés, les leviers à actionner pour boire une eau de qualité au quotidien. Nous vous donnons des pistes concrètes pour profiter au maximum des avantages de l’eau. Nous présentons également la solution qui correspond à nos besoins.

Eau pure dans un verre dans la nature. L'eau coule sur le sol.

Quelle eau dois-je boire ?

En raison de l’utilisation intensive de produits chimiques que nous consommons, notre eau est contaminée par de nombreux contaminants (pesticides ainsi que métaux lourds, résidus de médicaments, chlore, particules de plastique)…) qui ont des effets à long terme que nous ne pouvons pas gérer. De plus, de nombreux contaminants ne sont pas étudiés ou même suspectés, car leur combinaison n’est pas envisagée alors qu’elle augmente considérablement leurs effets toxiques (effets cocktails) [33.

Il est important de savoir que l’eau que nous buvons est une « eau morte » qui a besoin d’être dynamisée afin de raviver ses qualités vitales. Nous reviendrons sur cette idée dans le futur. Pour l’instant, nous devons nous souvenir de l’importance de la garder aussi propre que possible…

Les experts ne sont pas tous d’accord sur l’eau la plus bénéfique pour la santé. Le problème est que les conclusions sont souvent faussées en raison de l’enjeu financier qu’elles représentent. Nous avons donc analysé les avantages et les inconvénients de chaque option (bouteilles d’eau du robinet, eau en bouteille et eau dynamisée) en fonction des objectifs de santé que nous nous sommes fixés.

Comme vous le verrez ci-dessous, nous sommes arrivés à cette conclusion : l’eau du robinet filtrée et dynamisée est une méthode fiable pour boire une eau de qualité. Mais seulement si vous utilisez un système de filtrage efficace et une méthode de dynamisation efficace et cohérente. Le processus de filtration et de dynamisation consiste à la nettoyer et à la revivifier pour lui redonner ses qualités essentielles qui sont bénéfiques à notre organisme.

Par ailleurs, des études menées par des scientifiques confirment que nous inhalons autant, sinon plus, de substances nocives par la peau et l’inhalation que par l’ingestion. Pour protéger notre santé, il est donc essentiel de filtrer l’eau que nous buvons (douche, lavage de la vaisselle, lavage des aliments, lavage du visage et des mains, brossage des dents…).

Vous vous demandez quel système de purification choisir ? C’est normal, nous nous sommes tous posé cette question. En réalité, nous avons passé beaucoup de temps à faire des recherches avant de choisir celui qui répond le mieux à nos besoins. DÉCOUVREZ CETTE SOLUTION

Eau en bouteille ou eau du robinet

Eau en bouteille ou eau du robinet ? L’eau en bouteille et l’eau du robinet sont polluées par diverses substances qui présentent un risque pour le corps humain.

Pollution de l'environnement qui se transmet à l'eau. On voit un dessin d'industries qui fument au dessus d'une étendue d'eau. Nous croyons souvent que l’eau en bouteille est exempte de contaminants. Or, il a été établi qu’elle est contaminée, entre autres, par les produits chimiques suivants : pesticides et résidus de médicaments, hormones synthétiques, particules de plastique, métaux lourds antimoine… [4-84. La pollution environnementale est inévitablement absorbée dans les eaux de la plupart des sources protégées.

Dans le cas de l’eau du robinet, même si elle est soumise à des restrictions, ces substances peuvent y être présentes : chlore, trihalométhanes, pesticides, résidus chimiques et métaux lourds, aluminium, etc. [9, 10]. Le rapport de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSES) indique que  » les composés les plus fréquemment identifiés (hors caféine) sont la carbamazépine, l’époxycarbamazépine et l’oxazépam, ainsi que l’hydroxyibuprofène « .

N’oubliez pas que pour mener une vie saine, il est essentiel de hiérarchiser vos besoins essentiels. La consommation de substances nocives n’est pas une nécessité. Par exemple, le chlore est un agent chimique qui tue les bactéries, mais notre système immunitaire fonctionne avec des bactéries. Le chlore et les sous-produits de la chloration modifient la flore intestinale, provoquent des troubles digestifs et endommagent le système enzymatique. Toutes les substances indésirables doivent être traitées par le corps, même si elles ne sont en aucune façon nécessaires. Dans le pire des cas, le corps s’épuise, voire s’enivre, et doit fournir des efforts importants pour retrouver un état d’équilibre.

La quantité de contaminants est différente d’une source à l’autre ainsi qu’en fonction du processus de traitement utilisé, de l’autre et aussi d’une installation d’embouteillage à l’autre. Cependant, il est évident qu’aucune de ces sources d’eau n’est vraiment saine pour vous. De plus, nous devons nous rappeler que de nombreux polluants ne sont pas examinés.

L’eau en bouteille

Contrairement à ce que certains croient, l’eau en bouteille est exempte de toute contamination. Les composants chimiques qu’elle contient remettent en question sa pureté avant et après la mise en bouteille : pesticides, résidus de médicaments, particules de plastique ; hormones synthétiques ; antimoine, métaux lourds, etc.

Eau en bouteille contaminée : un jeune scientifique recherche les toxines présentes dans l'eau embouteillée En 2013, le magazine 60 millions de consommateurs signalait la présence de résidus de médicaments et de désherbants dans les sources d’eau en bouteille [44. Cependant, cette étude s’est concentrée sur 85 polluants d’origine humaine. Il est donc raisonnable de penser que d’autres contaminants qui n’ont pas été examinés dans l’étude pourraient être susceptibles d’être présents dans les bouteilles d’eau.

Vous trouverez ci-dessous trois études qui montrent que l’eau en bouteille n’est pas aussi pure qu’on pourrait le croire.

  • Une étude menée en 2009 a démontré la présence d’œstrogènes dans l’eau en bouteille, avec des niveaux significatifs d’activités œstrogéniques dans 12 des 20 marques examinées [55]. En général, les bouteilles en plastique présentaient des niveaux d’œstrogènes plus élevés que les bouteilles en verre. Pour obtenir ce résultat, les chercheurs ont évalué l’impact sur le matériau d’emballage en étudiant la même quantité d’eau dans différents récipients.
  • Une autre étude a révélé la présence d’antimoine, un élément toxique pour l’organisme, dans 48 bouteilles d’eau européennes et 15 canadiennes [66]. En outre, ils ont constaté que plus la période de stockage était longue, plus la concentration d’antimoine était élevée. Par exemple, une eau qui contenait initialement 3,8 mg/l d’antimoine, est passée à 359 ng/l au sein de la bouteille en PET (polyéthylène téréphtalate, un dérivé du pétrole brut) mise sur le marché et est passée à 626 ng/l après 3 mois de stockage à température ambiante dans des bouteilles en PET (164 fois plus que l’original).
  • Par le passé, une étude de 2018 a révélé que les bouteilles en plastique polluent l’eau 93 % des 259 bouteilles examinées ont révélé la présence de microplastiques [77. De plus, la même marque d’eau était conditionnée en verre et en plastique. Les microplastiques étaient significativement plus faibles dans la bouteille en verre que dans celle en plastique (respectivement 204 contre 1410 mg/l). Cela suggère qu’une partie de la pollution microplastique provient de la source d’eau tandis que le reste est causé par la mise en bouteille.

Ce bref aperçu montre que l’eau potable en bouteille n’est pas à l’abri des effets de la pollution. De plus, les bouteilles en plastique contribuent de manière significative à leur contamination. Les bouteilles en verre semblent être plus efficaces, mais elles ne sont pas optimales non plus, car de nombreux contaminants sont également présents dans l’eau qu’elles contiennent.

L’eau en bouteille n’est donc pas la meilleure option pour votre santé et pour les dommages massifs qu’elle cause à l’environnement.

N’oublions pas que de nombreux contaminants ne sont pas pris en compte dans une analyse. Compte tenu de la façon dont la pollution affecte l’environnement aujourd’hui, il n’est pas inimaginable d’imaginer que diverses substances nocives sont présentes dans les bouteilles d’eau destinées à être consommées. Or, même les zones les plus protégées ne sont pas à l’abri de cette contamination abyssale. Pour mettre fin à cette situation, nous devons mettre fin à la pollution de notre planète. Au bout du compte, il est clair que nous détruisons nos propres ressources qui nous sont vitales.

L’eau du robinet

Beaucoup de gens préfèrent l’eau du robinet parce qu’elle est économique et écologique, et qu’elle est régulièrement testée. Certes, elle a ses avantages, mais elle n’est pas sans défaut.

Bien qu’elle soit « potable », l ‘eau du robinet n’est pas idéale pour notre santé car elle contient un certain nombre de substances nocives comme des pesticides, du chlore, des résidus de médicaments et des métaux lourds (sélénium arsenic, arsenic, plomb…), de l’aluminium, etc.

Un contrôle microbiologique partiellement réussi

Le contrôle de l’eau du robinet est partiel (les analyses ne sont pas en mesure d’analyser toutes les données) et ne suffit pas à garantir une santé complète. Les autorités sanitaires se concentrent sur la contamination microbiologique.

#L’Agence régionale de santé (ARS) indique d’ailleurs dans son rapport sur la qualité de l’eau du robinet en France que « la prévention des risques microbiologiques est une priorité absolue pour les autorités sanitaires, en raison des conséquences sanitaires immédiates. » [9]. Il déclare également que « dans 62 départements, plus de 95 % des personnes ont bénéficié d’une eau de bonne qualité bactériologique tout au long de l’année. »

Ces chiffres indiquent également que même sur une base strictement bactériologique, l’eau qui fait partie du réseau n’est pas qualitative à 100%. Le rapport est également clair à ce sujet et indique que « 2,1 millions de personnes ont reçu une eau dont la teneur en bactéries était supérieure à 5 % ; les échantillons ne dépassaient pas les normes de qualité minimales pour les paramètres microbiologiques.

Imaginez les défis qui se posent pour éliminer tous les polluants non microbiens.

Qu’en est-il des pesticides ?

Dans notre quête de la santé, il est important de se rappeler que l’eau que nous buvons contient plusieurs substances toxiques dans des proportions qui ne sont pas idéales pour la santé. Cependant, si le gouvernement tente d’assainir l’eau, les normes ne peuvent pas inclure tous les contaminants, car l’épuration serait un processus extrêmement coûteux. Par conséquent, elles limitent les substances nocives et ne les éliminent pas complètement. Le rapport du gouvernement sur la qualité de l’eau indique que :

« compte tenu du grand nombre de pesticides autorisés et utilisés et du coût élevé des analyses, il est indispensable de concentrer les recherches sur les pesticides dans l’eau destinée à la consommation humaine ». La sélection des molécules à utiliser pour la protection sanitaire est déterminée par l’ARS en fonction de l’agriculture locale, des surfaces cultivées et de la quantité de pesticides disponibles. […] En 2012, plus de 550 variétés de pesticides ont été examinées. 348 molécules ont été identifiées et 172 ont été détectées au moins une fois à une concentration supérieure à la limite acceptable pour la qualité. […] 4,5 % de la population (soit 2,87 millions de personnes) a été desservie par une eau potable du robinet non conforme au moins une fois dans l’année. Mais, moins de 27 000 habitants ont été concernés par les restrictions de consommation. « 

Un mélange d’antibiotiques, d’anxiolytiques et d’analgésiques… dans votre verre.

Verre d'eau rempli à côté on aperçoit un comprimé blanc (médicament). Enfin, rappelons que les normes actuellement admises ne contiennent pas la présence de résidus de médicaments. Les agences régionales de santé (ARS) affirment qu’il n’y a pas de limite de qualité pour les résidus de médicaments dans l’eau et que les règles européennes et françaises n’offrent pas les moyens de les détecter.

En revanche, l’Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSES) déclare que « la présence de médicaments dans les eaux de distribution est un sujet de préoccupation important pour les scientifiques et les responsables publics. »

A ce titre lors de la campagne nationale de détection des médicaments dans les eaux destinées à la consommation humaine [10,1110 l’ANSES a constaté la présence d’anxiolytiques, d’antibiotiques, d’anti-épileptiques, d’antalgiques et d’anti-inflammatoires, d’hormones et d’anti-parasitaires.

L’étude précise que  » les composés les plus fréquemment identifiés (hors caféine) sont la carbamazépine, l’époxycarbamazépine et l’hydroxyibuprofène.  » Dans cette étude, seules 45 molécules ont été examinées, alors que l’agence précise que « plus de 3000 principes actifs adaptés à la consommation humaine et 300 à l’usage en médecine vétérinaire sont accessibles sur le marché français. » Cette étude confirme l’existence de résidus de médicaments dans le réseau d’eau et rappelle l’urgence de l’enjeu sanitaire.

Des molécules qui ne sont pas étudiées et des analyses de plus en plus bâclées

Nous savons également que de nombreuses substances ne sont pas incluses dans les critères, faute de moyens. Le bisphénol A (BPA), un perturbateur endocrinien, en fait partie, tout comme les trihalométhanes (THM) et le chrome hexavalent.

De plus, les restrictions sont constamment revues à la hausse car les systèmes de filtration ne sont plus en mesure de gérer la quantité de produits chimiques de ces dernières années. Yann Olivaux, biophysicien, précise par exemple que la loi autorise l’utilisation de nitrates 20 fois supérieurs à ceux autorisés en 1920 et compris entre 2,5 et 50 mg/l. Il est important de comprendre que ces normes ne garantissent pas l’absence de contaminants mais plutôt le non-dépassement de certaines doses de polluants qui sont contrôlées. Cela signifie que nous finissons par avoir une eau « potable » qui n’est pas dangereuse à court terme mais qui est nuisible à long terme.

En outre, des dérogations aux limites de qualité sont autorisées : « pour les paramètres physico-chimiques faisant l’objet d’une limitation de qualité (nitrates, pesticides, sélénium, pesticides, etc.), des dérogations aux limites de qualité (c’est-à-dire des dépassements contrôlés de la limite) sont accordées à la demande de la personne responsable de la distribution », selon le rapport de l’agence régionale de santé. Le préfet a la possibilité d’établir des dérogations triennales qui peuvent être renouvelées une ou deux fois. Ainsi, l’eau du robinet qui dépasse les seuils fixés par les autorités réglementaires est autorisée pendant un certain temps.

Au final, l’eau du robinet est loin des besoins vitaux de notre organisme. Elle ne fait l’objet que d’une surveillance partielle. La contamination bactérienne est la première préoccupation tandis que le reste est secondaire. Dans la quête d’un bien-être complet, ce n’est pas ce que nous recherchons.

Eau filtrée et dynamisée

En fin de compte, demandez-vous quelle est l’eau la plus bénéfique pour votre santé.

Il existe une méthode efficace pour obtenir une eau de qualité : s ‘assurer que l’eau est filtrée puis dynamisée. Même si l’eau du réseau n’est pas idéale lorsqu’elle s’écoule du robinet, elle a l’avantage d’être « potable », facilement accessible, rentable et durable. Par conséquent, la filtration et la dynamisation de l’eau du robinet permettent de purifier et de raviver l’eau pour en améliorer les propriétés. A condition, bien sûr, de choisir un équipement de filtration et de dynamisation fiable.

Filtre à eau, purificateur pour l'habitation entière Vous avez une question sur le système de purification à utiliser ? C’est normal, nous nous sommes également posé cette question. En réalité, nous avons passé beaucoup de temps à chercher celui qui est le plus compatible avec nos besoins. DÉCOUVREZ CETTE SOLUTION

Cependant, avant de choisir un système de filtration, réfléchissons à une question cruciale. Devons-nous filtrer uniquement l’eau que nous buvons ?

L’eau et ses nombreux usages

Des études ont prouvé que nous inhalons la même quantité, sinon plus, de contaminants par la peau et par inhalation que par ingestion. Ne vaut-il donc pas mieux filtrer l’eau que nous buvons (douche, vaisselle, lavage des mains, nettoyage des aliments, lavage du visage et des mains, brossage des dents…) ? Pour atteindre notre objectif de santé complète, c’est une évidence.

Des études ont montré l’absorption de composés chimiques par inhalation, ingestion et exposition de la peau. Pour comprendre ce phénomène, les scientifiques se sont intéressés à l’exposition aux trihalométhanes (THM), sous-produits toxiques de la chloration de l’eau dus à la réaction de la matière organique naturellement présente dans l’eau des sources et du chlore utilisé pour désinfecter. Il existe quatre espèces principales de THM : le chloroforme, le bromodichlorométhane, le dibromochlorométhane et le bromoforme.

Il est important d’ en être conscient : des études suggèrent que l’exposition cutanée et l’inhalation provoquent une augmentation plus importante des niveaux de THM dans le sang que la consommation. La plus forte augmentation observée dans l’air expiré et dans le sang a été provoquée par le bain, la douche ainsi que le lavage de la vaisselle à la main [1111].

Les douches et les bains sont-ils nocifs pour la santé ?

De nombreux chercheurs ont découvert une corrélation entre des niveaux élevés de THM et des effets négatifs sur la santé, tels que des cancers, des troubles du système reproductif, etc. En outre, une plus grande quantité de chloroforme (CHCl3) dans l’air expiré a été déterminée après une immersion à 40°C par rapport à un bain à une température de 30 ou 35degC. La température est également un facteur d’absorption.

Les scientifiques Backer et co (2000) ont découvert que la concentration de THM dans le sang augmentait de manière significative après une douche ou un bain par rapport à la consommation d’un litre d’eau froide. Pegram et al (2002) ont constaté que les niveaux de bromodichlorométhane (CHBrCl2) dans le sang se situaient entre 0,4 et 4 ng/mL après consommation, contre 39-170 ng/mL après exposition cutanée à une eau contenant la même quantité. Ils ont également constaté que les niveaux sanguins revenaient à leur niveau de base plus rapidement après la consommation (4 heures) qu’après l’exposition cutanée (24 heures).

La peau est une barrière solide, elle n’est pas toujours imperméable

Il est important de garder à l’esprit que, malgré sa structure complexe et sa fonction de barrière cruciale, la peau n’est pas complètement imperméable à toute molécule. Certaines molécules pénètrent les couches les plus cellulaires de la peau et se frayent un chemin jusqu’au système sanguin. De plus, l’eau est l’une des substances les plus efficaces pour améliorer l ‘absorption de la peau. En réalité, l’apport d’eau de l’extérieur améliore la perméabilité et la perméabilité du stratum corneum, la première couche de l’épiderme [1212].

De plus, le lavage au savon peut rendre la couche cornée plus fine et améliorer la perméabilité. Le processus de dégraissage de la surface avec des solvants élimine la couche hydrolipidique de la peau qui crée une barrière pour empêcher l’entrée de substances. De plus, la température est un facteur de la distribution des molécules à travers la couche cornée. Lorsque la température de la peau est élevée, une vasodilatation se produit et augmente l’absorption de la peau [13-15].

Un homme habillé en jeans et chemise semble souffrir de problèmes urinaires. Ainsi, les pesticides et autres polluants peuvent pénétrer la barrière cutanée [16 17[16, 17]. En particulier, le cancer de la vessie a été lié à l’exposition aux sous-produits de la chloration (THM) lors de la consommation d’eau potable, ainsi qu’à l’absorption cutanée et à la respiration lors de la douche, du bain et de la baignade en piscine. Les risques étaient généralement plus élevés lors de l’exposition aux douches ou aux bains en piscine que lors de la consommation d’eau potable par ingestion [1818.

Pour une santé complète, il est bien plus efficace de filtrer l’eau dans toute la maison plutôt que de se limiter à l’eau potable. De cette manière, on empêche les substances nocives de pénétrer dans le corps par l’inhalation (bain de douche) et aussi par la peau (bain de douche, lavage de la vaisselle, lavage des mains) et aussi par la boisson (eau potable). Il est évident que notre corps est plus apte à éliminer les molécules chimiques par ingestion que par d’autres méthodes.

Supprimer l’eau de l’ensemble de l’habitat

La solution la plus efficace est de mettre un aérateur dans la prise d’eau de l’habitation, juste après le compteur. Pour assurer une filtration efficace tout en garantissant une pression suffisante pour les usages domestiques quotidiens, le charbon actif comprimé est une option fantastique. Cette version améliorée du charbon actif en granulés est extrêmement efficace pour capturer les substances indésirables.

#Le charbon actif est utilisé depuis longtemps pour éliminer les impuretés de l’eau, en particulier pour éliminer les contaminants de l’eau potable, en raison de sa grande capacité d’adsorption [19]. Le charbon actif comprend des macropores (supérieurs à 25 nm), des mésopores (> 1 nm) et des micropores (inférieurs à 1 nanomètre). Les macropores permettent de piéger les matériaux à la surface du carbone. Les mésopores transportent ensuite les substances vers les micropores, afin qu’elles puissent les absorber. Le charbon actif a donc la capacité de piéger efficacement des contaminants de différentes dimensions. En d’autres termes, les macropores servent à capturer les polluants de plus grande taille, tandis que les micropores servent à capturer les molécules plus petites.

Il est prouvé que le charbon actif est capable d’adsorber divers composés organiques dans l’eau. Il est efficace pour éliminer les contaminants organiques qui présentent des risques pour la santé [2020].

Par conséquent, le charbon actif a la capacité d’éliminer un large éventail de polluants, mais il ne permet pas d’éliminer les minéraux ou d’augmenter le goût et l’odeur de l’eau en même temps. Cependant, les scientifiques soulignent qu’il existe des caractéristiques distinctes du charbon actif. Les chercheurs ont découvert qu’il pouvait y avoir des différences importantes dans les propriétés d’adsorption des différents types de charbon actif. La taille des pores, la chimie du matériau, la polarité de la surface chimisorbée de l’oxygène, la taille des particules et la dureté influencent son efficacité. Il est donc recommandé de choisir un charbon actif performant et compressé. Les cartouches des célèbres carafes commerciales de filtration (comme les carafes Brita) ne suffisent pas.

Nous vous proposons une solution pratique que vous pouvez investir pour améliorer la qualité de l’eau que vous utilisez tous les jours. Vous pourrez ainsi filtrer et alimenter efficacement l’eau de toute la maison.
DÉCOUVREZ CETTE SOLUTION

L’eau doit être dynamisée

La filtration de l’eau est essentielle mais pas suffisante. Au vu des progrès réalisés ces dernières années, il est impossible de parler d’eau de qualité sans évoquer la dynamisation. Elle permet de lui redonner les propriétés vitales qu’elle perd en dehors de son milieu naturel.

Certains experts affirment même que la dynamisation est plus importante que la purification. Ceci est compréhensible puisque nous apprenons que des recherches récentes ont montré la possibilité pour l’eau de transmettre des informations, y compris l’ADN [2121]. Par conséquent, nous pouvons conclure que l’eau n’est pas simplement une molécule chimique. Elle peut enregistrer des détails qui lui confèrent des caractéristiques particulières.

Pourtant, sa composition chimique reste inchangée (H2O), ce qui effraie les scientifiques et ouvre de nouvelles possibilités. Il est évident que de nombreuses études ont démontré les étonnants bienfaits de l’eau dynamisée pour la santé.

Il est utile d’être conscient des nombreux noms qui ont été utilisés pour décrire cette eau et dont nous apprenons le fonctionnement, tels que eau dynamisée, eau organisée, eau rajeunie, eau riche en énergie, eau informée, eau magnétique, eau vivante, etc. En réalité, lorsque nous parlons de la structure de l’eau, nous parlons de l’arrangement des molécules qui la composent et de la façon dont elles sont regroupées.

Au cours de milliers d’années, les humains ont eu accès à une eau vivante, débordante d’énergie, car elle provient naturellement de la source. Alors, l’eau dynamisée consiste à retrouver l’eau vivante semblable à celle qu’elle est à l’état naturel.

Eau morte Eau morte, eau vivante

Soyons conscients que l’eau des robinets et des bouteilles est mal informée et déstructurée, sans énergie ni vitalité. C’est essentiellement une eau « morte » une fois qu’elle arrive chez nous.

À l’état naturel, l’eau est un fluide aux propriétés productrices d’énergie qui finit par disparaître à cause de la contamination et du transport artificiel que nous lui imposons. Cette précieuse ressource est amenée chez nous en tenant compte des substances chimiques qu’elle a traversées et de l’abrasion qu’elle a subie, notamment en passant par des tuyaux de plusieurs kilomètres et des milliers de maisons et d’appartements régulièrement. L’eau apparaît comme si elle avait été traumatisée, presque en termes d’énergie, morte.

« Lorsque l’eau qui sort du robinet arrive chez nous après avoir traversé un immense réseau hydraulique, elle présente divers cristaux de formes différentes, mais dont les structures sont déformées. […] Les cristaux sont disposés de manière chaotique, sans esthétique ni symétrie. » Dr. Leonid Izvekov, directeur du laboratoire de recherche sur l’eau.

Études sur la dynamisation dans la communauté scientifique

Un certain nombre d’études ont montré les avantages de l’eau dynamisée sur les êtres vivants tels que les animaux, les humains et même les plantes. Voici quelques-unes d’entre elles.

Recherches menées sur les plantes

Des études menées sur des plantes ont montré une accélération du processus de germination et une meilleure croissance de la racine [22 23 [22, 23]. Certaines études suggèrent que la taille et la quantité nutritionnelle des plantes augmentent avec l’eau dynamisée [2423].

En outre, l’eau structurée a démontré un énorme potentiel pour améliorer l’environnement, comme l’élimination du calcaire, l’amélioration du sol, l’amélioration de la croissance des plantes, l’augmentation des rendements des cultures, la conservation de l’eau et le traitement des eaux usées, entre autres. Des études ont suggéré que les eaux dynamisées ont une structure atomique qui permet le passage des membranes cellulaires, et bloque également le passage des agents nocifs. Ces propriétés suggèrent que l’eau dynamisée est biocompatible avec les cellules animales et végétales.

« Si nous regardons des germes de soja qui ont été traités avec de l’eau structurée, ils sont robustes, réguliers et longs. […] En revanche, ceux qui n’ont pas été traités étaient minces, courts et fragiles. Des tests similaires ont été effectués sur d’autres légumes et, à chaque fois, on a observé que ceux qui avaient été traités à l’eau structurée poussaient plus vite et conservaient toute leur valeur nutritive. Le lien entre l’eau structurée, la croissance des légumes et des fruits est désormais établi. » Dr Wang Guiha, agronome à l’Académie chinoise des sciences agricoles.

Études sur les animaux

Diverses études menées sur des animaux ont prouvé les bienfaits de l’eau structurée sur la santé [26pour en savoir plus].

#Les améliorations les plus notables sont les suivantes : augmentation du taux de fertilité, diminution du stress oxygénatif, amélioration des réponses insuliniques et glycémiques, amélioration de la digestion, amélioration des profils lipidiques sanguins, augmentation du nombre de globules blancs, amélioration de la qualité du sperme, augmentation de l’apport en eau extracellulaire et corporelle, quantité et qualité du lait, amélioration de la santé des voies respiratoires, diminution des dommages à l’ADN, augmentation de la densité minérale osseuse, variabilité du rythme cardiaque (meilleur état de repos), diminution de la mortalité, etc.

Les études humaines sont menées sur des humains

Une étude qui a été menée par des scientifiques en 2019 a examiné les effets de l’eau structurée sur le corps humain [27L’étude a évalué les effets de l’eau structurée sur le corps humain. Dans l’étude, quinze personnes ont consommé 1 litre d’eau potable énergisée par jour, pendant une période de 30 jours. Les résultats de l’analyse ont révélé :

  • Ventre d'une femme mince qui mesure son tour de taille avec un ruban roseRéduction remarquable du poids total du corps en raison d’une diminution de la graisse corporelle ;
  • Une réduction significative de la créatinine (déchet créé par notre corps) et une augmentation du filtrage glomérulaire des reins. Ces résultats suggèrent une amélioration de la fonction des reins et une diminution de la quantité d’intoxication endogène (interne) du corps.
  • L’augmentation de l’activité du système nerveux parasympathique et de la variation du rythme cardiaque. Ces résultats indiquent un meilleur état de santé général de l’homme.

Pour résumer les résultats, la consommation d’un litre d’eau structurée par jour pendant 30 jours a entraîné une perte de poids, une amélioration de l’équilibre électrolytique, une amélioration de la fonction excrétrice rénale, une diminution de l’intoxication endogène du corps par l’alcool et une amélioration de la capacité d’adaptation et de réponse au stress.

En outre, une autre étude suggère que de nombreux hôpitaux ont utilisé l’eau structurée pour le traitement de la lithiase urinaire (formation de calculs urinaires) avec des résultats positifs [28L’étude a également constaté que le traitement de la lithiase urinaire est efficace [28.

En outre, certaines études ont montré les avantages antimicrobiens de l’eau dynamisée sur la santé bucco-dentaire [29 30, 30 [29, 30].

Les experts ont donc conclu que l’eau dynamisée présente de nombreux avantages pour l’homme.

Quelle est la meilleure méthode de dynamisation à utiliser ?

Pour obtenir une eau fraîche et pleine de vitalité, il est essentiel de purifier et de dynamiser l’eau. Pour ce faire, il existe de nombreuses méthodes dont les effets ne sont pas encore confirmés par les scientifiques : les vortex (tourbillons), le magnétisme (aimants) [31Les ondes électromagnétiques (Marcel Violet), le rayonnement solaire, les ondes de forme et les couleurs (chromothérapie), les cristaux, les roches, le calcaire marin, la musique, les intentions, etc.

#A notre avis, la meilleure façon de procéder est de mélanger plusieurs techniques de dynamisation. En fin de compte, dans la nature, l’eau est entourée d’une myriade de sources d’énergie. De plus, il est important de choisir une solution qui vous permette de la dynamiser pour tous les usages et pas seulement pour l’eau potable.

Vous trouverez ci-dessous quelques méthodes de dynamisation.

  • Le vortex est une solution très populaire car elle reproduit les phénomènes naturels qui se produisent depuis d’innombrables années : galaxies de vortex marins, cyclones, tourbillons d’eau et ADN en spirale…
  • Le magnétisme est une méthode de dynamisation étudiée par les chercheurs dans le domaine de la science. Les experts ont prouvé la possibilité de pouvoir modifier la structure de l’eau de cette manière.
  • La forme de la vague peut créer une onde capable de créer un effet dynamo sur l’eau. Il existe, par exemple, des plateaux ayant la forme de la vie.
  • Les cristaux peuvent libérer une énergie capable de modifier la structure de l’eau. Les plus populaires sont le cristal d’améthyste, le cristal de roche et le quartz, ainsi que la tourmaline et la topaze.
  • L’intention permettra de réorganiser l’eau. Cela peut sembler étrange et difficile à croire. Cependant, des études de plus en plus nombreuses montrent que notre esprit regorge de capacités. Les pensées négatives pourraient en fait être négatives.
  • Le soleil peut dynamiser l’eau grâce à l’énergie qu’il dégage.

Comment savoir si l’eau est correctement chargée ?

Il existe des méthodes qui nous permettent de démontrer le processus de dynamisation de l’eau. Cependant, elles ne sont pas facilement accessibles au grand public. Il s’agit de la photographie Kirlian et de la cristallisation qui est sensible.

L’imagerie électrophotonique GDV [32] du professeur Konstantin Korotkov, basée sur l’effet Kirlian, est utilisée dans les hôpitaux et les universités russes.

En outre, Gerald Pollack, professeur et chercheur en ingénierie biomédicale, a découvert le quatrième état de l’eau qui peut être détecté par diverses méthodes, telles que la spectroscopie ultraviolet-visible, la mesure du courant électrique, l’imagerie par résonance magnétique et l’imagerie infrarouge.

Enfin, Masaru Emoto, docteur en médecine alternative, a mis au point une méthode pour étudier les effets des facteurs environnementaux sur la structure de l’eau [34]. Cette méthode consiste à prendre des photographies des cristaux qui se forment lors du processus de congélation. Si certaines de ses méthodes sont jugées controversées par les scientifiques, les photographies de Masaru Emoto sont extrêmement populaires. Il est évident que face à des émotions positives, l’eau peut créer de belles structures cristallines. À l’inverse, les émotions négatives créent une structure déséquilibrée.

Quelle eau faut-il boire ?

À la lumière de ces informations, il est évident que pour éviter l’exposition à différentes substances, il est important de filtrer l’eau qui coule dans nos maisons. De nombreux experts se concentrent sur l’eau potable (ingestion) et ne tiennent pas compte d’autres utilisations comme le bain, la douche, le lavage des mains et du visage, le lavage de la vaisselle à la main, le rinçage des aliments et le brossage des dents, qui exposent le corps à des substances nocives par la peau et par inhalation. En outre, nous nous concentrons fortement sur les propriétés chimiques de l’eau, mais négligeons ses propriétés physiques qui ont été confirmées par les scientifiques. Par conséquent, afin d’obtenir une eau adaptée à la vie, telle qu’elle était naturellement filtrée, il faut la soutenir par un dispositif de dynamisation.

C’est pourquoi nous suggérons fortement l’option suivante : filtration + dynamisation de l’ensemble du système d’eau. Pour ce faire, il existe une option qui permet de nettoyer l’eau à l’aide de filtres à charbon actif compressé (la version la plus efficace à ce jour) et de la dynamiser en s’inspirant de ce que fait la nature.

La solution choisie

Filtre à eau, purificateur pour l'habitation entière Vous vous demandez quelle méthode de purification choisir ? C’est normal, nous nous sommes tous posé cette question. Nous avons passé beaucoup de temps à chercher celle qui répondait à nos besoins.
DÉCOUVREZ CETTE SOLUTION

Nous allons vous proposer deux options car nous pensons qu’il existe de nombreuses possibilités intéressantes en fonction de la configuration de votre maison ainsi que de vos préférences personnelles et de votre budget. Nous vous présenterons les principaux points positifs et négatifs de chaque option.

Les solutions de filtration qui ne sont pas retenues

Vous serez peut-être intéressé de connaître les raisons pour lesquelles nous avons choisi de ne pas retenir certaines solutions. Nous allons passer en revue les solutions les plus populaires pour vous aider à comprendre les différences entre elles.

Sachez qu’aucune de ces solutions n’est fournie avec la méthode de dynamisation de l’eau, ce qui est un aspect extrêmement négatif compte tenu des récentes découvertes scientifiques. Bien sûr, il est possible de dynamiser l’eau soi-même après avoir enlevé les sédiments, mais dans ce cas, il faudra y penser à chaque fois, et vous ne pourrez pas dynamiser toute l’eau de votre habitat.

  • L’eau en bouteille : comme nous l’avons vu, l’eau en bouteille n’est pas exempte de défauts. C’est une source de nombreuses substances nocives. Elle est extrêmement coûteuse et peu pratique à transporter, et a également des impacts négatifs sur l’environnement (transport des matières premières ainsi que le processus de fabrication, l’utilisation de verre ou de plastique ainsi que le transport). Ce n’est pas la meilleure solution pour le bien-être des humains et de la planète.
  • L’eau du robinet comme nous l’avons vu, bien qu’elle soit déclarée potable par les autorités, l’eau du robinet contient de nombreux contaminants. Ce n’est pas la meilleure solution pour la santé. Cependant, comme nous l’avons mentionné précédemment, elle peut constituer une excellente base pour un nettoyage et une dynamisation efficaces.
  • L’eau distillée Recommandée par certains experts, la distillation a ses avantages et ses inconvénients. Nous avons mené des recherches approfondies sur le sujet, car la distillation est une méthode de consommation très populaire. Elle peut sembler intéressante au départ, mais il vaut mieux l’éviter ou la consommer uniquement en cas de cure. La distillation est une méthode fiable de purification de l’eau, peut-être plus efficace. En effet, la distillation modifie sa structure, notamment en éliminant tous les minéraux qui sont naturellement présents dans l’eau. D’après nos recherches, aucune source naturelle n’est totalement dépourvue de minéraux. La distillation de l’eau ne semble donc pas convenir à un usage régulier. En outre, le processus de distillation de l’eau nécessite beaucoup d’électricité (la machine fonctionne pendant environ une heure pour chaque litre), ce qui a un impact environnemental indésirable et augmente votre facture d’électricité. Au-delà de ces problèmes, la distillation de l’eau ne semble pas convenir à la dynamisation, car sa structure supramoléculaire ne se prête pas aux interactions entre les atomes qui la composent. De plus, la distillation est un processus long, ce qui signifie que l’eau sera exposée à un champ électrique pendant une longue période, ce que nous voulons éviter en raison des dernières découvertes concernant les mémoires de l’eau. Un autre inconvénient est qu’il n’est pas possible de distiller toute l’eau de l’habitat. Seule l’eau potable peut être raisonnablement distillée.
  • Le filtre par gravité (type Berkefeld Berkey) est construit sur le système de charbon actif comprimé qui permet une filtration efficace de l’eau. Cependant, ce système présente quelques inconvénients qu’il faut souligner. Tout d’abord, il n’est pas envisageable de purifier l’eau de toute la maison. Il est nécessaire de le limiter à l’eau potable. Le système est composé d’un grand réservoir que l’on remplit manuellement pour recueillir l’eau qui est filtrée. Le processus de filtration est long et non automatisé, il est donc essentiel de planifier à l’avance afin de s’assurer d’avoir suffisamment d’eau au moment où vous en avez besoin. En outre, le réservoir doit être nettoyé fréquemment pour éviter la propagation des bactéries. En outre, certains fabricants affirment que leur filtre dure plus de 10 ans, mais cela est un peu spéculatif compte tenu de la croissance des bactéries. Ce n’est pas un système parfait, mais il est plus efficace que les célèbres carafes filtrantes et il est utile dans les régions où l’eau n’est pas potable. Les aventuriers peuvent découvrir qu’il s’agit d’une excellente source pour boire leur eau.
  • Carafe à eau filtrante : une femme change le filtre de sa carafe.Carafe filtrante (et similaires comme la carafe Brita), en bref, c’est mieux que rien du tout. Mais, c’est une solution d’urgence qui élimine une partie du chlore ainsi que certains contaminants. Les filtres doivent être changés fréquemment et la carafe doit être nettoyée régulièrement pour éviter la propagation des bactéries, l’eau entre en contact permanent avec le plastique et il n’est pas envisageable de purifier l’eau dans une maison pour satisfaire tous les besoins. De plus, c’est un système assez coûteux qui utilise une énorme quantité de plastique (moins que le coût de l’eau en bouteille, mais quand même). Ce n’est pas la solution idéale pour votre santé et aussi pour l’environnement.
  • Binchotan (bâton de charbon actif), mieux que rien du tout. Comme pour le filtre carafe, le rendement est faible. Il est indispensable d’attendre longtemps pour que le filtre soit parfait. Contrairement aux filtres de carafe, ce type de bâton de charbon actif n’utilise pas de plastique. Cependant, il n’est pas envisageable de purifier l’eau de toute la maison avec cette méthode et la filtration de l’eau est faible et parfois inégale. Ce n’est pas le choix idéal pour la santé de votre famille.
  • L’osmose inverse est connue pour sa grande efficacité de filtration grâce à sa membrane qui ne laisse passer que les molécules d’eau. Il s’agit d’une méthode de filtration très efficace. Il en résulte une eau très peu minéralisée, ce qui fait l’objet d’un débat entre les experts. Certains pensent que c’est une excellente chose, tandis que d’autres estiment que c’est négatif. Un manque de minéraux peut être un problème pour le maintien de la forme supramoléculaire de l’eau, nécessaire à une bonne dynamisation, et la présence d’une trop grande quantité de minéraux peut entraîner une fatigue rénale. En outre, l’eau entre en contact avec une grande quantité de plastique dans un osmoseur (la membrane est un matériau en plastique) et son fonctionnement peut entraîner la production d’une grande perte d’eau en raison du processus de rinçage de la membrane (entre 1 et 5 litres d’eau rejetée pour 1 litre d’eau filtrée). Ce n’est pas une bonne chose. Si vous optez pour l’osmose inverse, voici nos suggestions. Choisissez un système d’osmose à flux direct sans réservoir pour éviter la contamination et la prolifération bactérienne. De plus,