psychologue et un psychiatre

Quelle est la différence entre un psychologue et un psychiatre ?

Nombreuses sont les sciences qui se recoupent en raison de ce qu’elles étudient. C’est le cas de la psychologie et de la psychiatrie qui ont des objets d’investigation très proches. C’est pourquoi ces deux domaines ne se distinguent pas facilement l’un de l’autre. Mais il urge de bien noter la différence psychologue psychiatre. Pour cela, il importe de prendre une à une ces branches du domaine de la santé pour voir la démarcation qui s’impose. Cela permettra de bien s’orienter en cas de besoin.

Différence entre psychologue et psychiatre du point de vue formation et compétences

La différence psychologue psychiatre peut être appréhendée à partir de leurs formations respectives et leurs compétences professionnelles.

La formation

Il importe de remarquer avant tout que la différence psychologue psychiatre se trouve d’abord au niveau de leur formation. Si pour le psychologue un Bac+5 est suffisant, le psychiatre suit une formation sur un minimum de 6 à 7 ans. Tandis que le psychiatre reçoit une formation de spécialiste en médecine, le psychologue n’en reçoit ordinairement pas.

Les compétences professionnelles

Le psychologue est un professionnel qui intervient dans le domaine de la santé. Il détient un diplôme d’université en psychologie. Comme tel, il est apte à travailler sur les défauts de la santé mentale et du comportement humain. Il est tout aussi habilité à éprouver les structures de la pensée et les émotions pour en déduire les anomalies. Il peut appliquer par exemple à une personne anxieuse et soucieuse le meilleur accompagnement pour bien traiter le stress.

Comme le psychologue, le psychiatre aussi se présente comme un professionnel de la santé. Mais plus qu’un simple diplômé d’université, le psychiatre détient nécessairement un doctorat en médecine. Il fonctionne donc comme un médecin spécialisé en psychiatrie et en psychothérapie et s’occupe des maladies mentales et troubles comportementaux graves.

Différences entre psychologue et psychiatre concernant leurs domaines d’intervention respectifs

Les champs d’action du psychologue s’étendent à plusieurs domaines :

  • l’éducation ;
  • la criminologie ;
  • le droit ;
  • la sexualité, etc.

Il écoute attentivement son patient pour l’aider à resoudre les failles éventuelles qu’il aura constatées. Il procède par entretiens, tests et exercices, alors que le psychiatre applique une thérapie à base de médication.

A l’instar de tous les autres médecins cardiologues, neurologues, chirurgiens …, le psychiatre diagnostique son patient et applique une thérapie. C’est pourquoi il peut prescrire une ordonnance et demander des analyses de laboratoire, des examens mentaux ou physiques ou l’histoire psychosociale. A la base des résultats, il assure le traitement intégral de son patient. Il détient par exemple des indications médicales spécifiques sur comment soulager l’esprit d’un patient très effrayé ou qui a l’esprit agité.

Différences entre le psychologue et le psychiatre quant à leurs modes d’intervention

psychologue et un psychiatre

Du point de vue de leurs rôles auprès des patients, il faut noter que le psychologue reste attentif à certains détails. Il observe le patient en consultation

  • Dans l’intonation de sa voix ;
  • Dans la gestuelle qui accompagne ses paroles ;
  • Dans l’expression de son visage ;
  • Dans les silences marqués et les émotions manifestées.

Quant au psychiatre, il diagnostique et prescrit des médicaments pour remédier aux troubles psychiques et comportementaux que présente le patient. Il est à même de traiter les pathologies graves alors que le psychologue pourrait plutôt référer le patient à la psychiatrie. Cela arrive quand le patient présente des troubles qui dépassent la compétence du psychologue et nécessitent un traitement médicamenteux.

La différence entre psychologue et psychiatre dans la prise en charge des cas cliniques

La différence psychologue psychiatre s’étend aux éléments dont les deux professionnels font usage pour soigner le patient. Elle devient plus nette dans les troubles que peuvent traiter les deux professionnels. Généralement, si la pathologie ne requiert pas nécessairement la spécialité du psychiatre, il faut se référer à un psychologue. Il faut aller vers le psychiatre surtout quand la pathologie est profondément manifeste sur le comportement ou le physique.

A titre illustratif, le psychologue est très bien placé pour traiter le manque de confiance en soi. Mais il faut s’orienter vers un psychiatre si l’apparence physique semble relativement touchée comme en cas de dysmorphophobie, d’anorexie ou d’asthénie. Par contre, suite au décès de son mari ou à une déception amoureuse, le psychologue sait combien de temps une femme regrette. Le psychiatrique saura davantage vite faire passer le regret à l’aide de médicaments.

Toutefois, leur regard sur le même cas clinique peut diverger bien que le résultat soit atteint par les deux spécialistes. Si le psychiatre se fait aider de médicament pour aller plus vite, le psychologue peut accompagner sans rien appliquer à votre organisme biologique. Mais bien qu’il y ait une différence psychologue psychiatre, les deux doivent répondre à des critères de personnalité forte.

La psychologie et la psychiatrie : différences dans les dispositions au métier

Toute différence psychologue psychiatre faite, il faut ajouter la différence des dispositions et aptitudes pour bien exercer l’un ou l’autre métier. A l’instar des consulteurs en voyances sans cb, les psychologues posent beaucoup de questions pour bien détecter les réels problèmes de leurs patients. C’est pourquoi ils doivent être aussi capables d’analyses logiques et avoir l’air très réceptif pour écouter et garder secret tout ce qu’ils entendent.

Tenus aussi au secret professionnel, les psychanalystes se conforment aux règles de déontologie et respectent la distance sociale vis-à-vis des patients. De plus, ils doivent eux-mêmes être mentalement bien et ne courir aucun risque de dépression ou de pathologie à la longue. Car, pour être bons thérapeutes, ils doivent être tout à fait normaux. En vertu de cela, il est recommandé qu’ils suivent une thérapie qui  confirme qu’ils peuvent être thérapeutes.