5
En ce moment ...
Edit Content
Click on the Edit Content button to edit/add the content.

Combattre l’épilepsie à table : les aliments à privilégier et ceux à éviter

épilepsie

Un mode de vie sain et équilibré à table est important pour le contrôle des crises. Non à la consommation de drogue et n’abusez pas de l’alcool. Le régime cétogène peut réduire les crises chez 50 % des personnes atteintes d’épilepsie résistante aux médicaments


Réduisez les facteurs de stress, favorisez un mode de vie sain et pratiquez une activité physique même modérée. A table choisissez une alimentation équilibrée, sans sacrifices mais riche en vitamines et minéraux et avec beaucoup de fruits et légumes au menu de tous les jours. Le bien-être des personnes souffrant d’épilepsie, le trouble du système nerveux central qui touche environ 600 000 personnes en Italie, commence à table.

Bien qu’il n’existe pas de régime expressément dédié aux personnes atteintes d’épilepsie, sauf cas particuliers, il existe de nombreux nutriments qui, en raison de leur potentiel neuroprotecteur, peuvent être considérés comme importants pour le bien-être de la personne atteinte de ce trouble.

La vitamine B6 et où la trouver

Un exemple est la vitamine B6, également appelée pyridoxine, indispensable à certaines fonctions du système nerveux, notamment pour l’intervention dans la synthèse de nombreux neurotransmetteurs comme la sérotonine – médiateur chimique de la transmission de l’influx nerveux – l’histamine, la taurine et la dopamine. La vitamine B6 se trouve principalement liée aux protéines, aussi bien dans les aliments végétaux comme les légumes, les légumineuses, les noix, que dans ceux d’origine animale comme les œufs, les viandes et les poissons.

Vitamines B3, E, C

Ensuite, il existe d’autres nutriments fonctionnels qui peuvent jouer un rôle potentiel d’adjuvant dans la gestion de la fréquence critique : par exemple, les Oméga3, qui peuvent être assimilés au saumon, au poisson bleu et aux fruits secs. Et aussi de la vitamine D3 qui peut être principalement assimilée à partir d’aliments d’origine animale tels que les poissons gras, les œufs, et le lait et ses dérivés. La vitamine E est présente en grande quantité dans les huiles végétales, mais aussi dans les céréales complètes, les œufs et certains légumes comme les épinards.

La vitamine C, en revanche, est abondante dans les fruits frais, certains légumes comme le radicchio, les épinards, le brocoli, les légumes comme le brocoli, le chou, les tomates et les poivrons, les tubercules et les pommes de terre.

« Parmi les progrès réalisés dans l’étude des épilepsies – explique Laura Tassi, présidente de LICE – Ligue italienne contre l’épilepsie – on peut considérer, pour les personnes atteintes d’épilepsie qui prennent un traitement médicamenteux chronique, l’effet positif d’une alimentation correcte et équilibrée. De manière générale, une alimentation variée, associée à un mode de vie incluant une activité physique modérée, peut entraîner une réelle amélioration de la qualité de vie. Pour le contrôle de crise, il est important d’éviter la consommation de drogues et de ne pas abuser de l’alcool et surtout de prendre régulièrement des médicaments .

Régime cétogène, crises réduites de 50%

Toutes les épilepsies ne répondent pas aux médicaments. Actuellement seuls 60% des patients épileptiques ont un contrôle complet des crises grâce à la thérapie et au traitement pharmacologique, mais les 40% restants souffrent d’épilepsie pharmacorésistante, c’est à dire non sensible à l’action des médicaments, ou parfois « réfractaire ». Et pour ces patients les options se limitent au traitement chirurgical, à l’utilisation de certains dispositifs « palliatifs » ou, dans certains cas, à l’adoption d’un régime alimentaire particulier, le régime cétogène.

C’est une alimentation riche en graisses (polyinsaturées pour contrôler le cholestérol) et pauvre en glucides, qui exploite certains aspects particuliers de la physiologie humaine, c’est-à-dire la formation de corps cétoniques que le corps produit lorsque la quantité de sucres introduite avec la nourriture est très élevée. bas et les stocks dans le foie et les tissus sont presque épuisés et la plupart des organes et tissus utilisent les acides gras comme source d’énergie, favorisant ainsi la formation de corps cétoniques.

Il semble que ce soient les corps cétoniques qui réduisent l’excitabilité des neurones impliqués dans la genèse des crises d’épilepsie, en modulant la production et l’action de neurotransmetteurs spécifiques. L’efficacité du régime cétogène, stratégique et hautement efficace dans certains tableaux cliniques spécifiques (comme le syndrome de déficit en GLUT1), semble réduire la fréquence des crises d’épilepsie chez certains patients jusqu’à 40-50 %.

Cependant, il s’agit d’une intervention médicale à considérer au même titre que le médicament – précise le Dr Valentina De Giorgis, responsable du groupe d’étude LICE sur les thérapies diététiques – elle doit donc être entreprise exclusivement sous contrôle médical. Le choix d’une intervention diététique pour le traitement des épilepsies résistantes aux médicaments doit suivre une évaluation minutieuse de sa pertinence et de sa durabilité dans le temps, en identifiant les patients chez lesquels le régime peut réellement être utile, en surveillant constamment sa bonne application, minimisant ainsi le côté potentiel effets « .


4.4/5 - (1030 votes)
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LA RÉDACTION
Cet article a été rédigé par Sophie, auteur pour le blog l’info du mouton depuis 3 ans. Retrouvez son histoire sur sa fiche auteur en bas de l’article.
NEWSLETTER
logo les infos du mouton

Obtenez des bons plans en avance en souscrivant à la newsletter !

Retour en haut