personne au volant

Comment fonctionne l’assurance voiture au kilomètre ?

Aujourd’hui, il est plus qu’une nécessité de souscrire à une assurance. Ainsi, on assure tout : sa profession, sa maison mais aussi particulièrement sa voiture. C’est donc à juste titre que les structures d’assurance proposent différents types ou packs d’assurance pour le bien de la clientèle. Au nombre de ceux-ci, figure l’assurance au kilomètre qui semble très pratique. Comment fonctionne l’assurance voiture au kilomètre ? Mais avant de découvrir les types de voitures concernés, il serait pertinent de prendre connaissance du principe et des avantages liés à l’assurance au kilomètre.

Le principe de l’assurance au kilomètre

L’assurance au kilomètre fonctionne sur un unique principe. Il consiste à payer son assurance au nombre de kilomètres parcourus. Le calcul se fait, il faut le rappeler sur une période d’un an. Mais ceci nécessite de se rendre au moins une fois l’année chez le garagiste qui fera le constat sur le kilométrage. Ceci permettra en effet, de savoir avec justesse le kilométrage de départ et celui de l’arrivée afin de déduire le nombre de francs à payer. La plupart des assureurs proposent à leurs clients, deux sortes de tarification pour les voitures comme pour l’assurance trottinette électrique.

Une tarification mensuelle

Elle consiste à payer un prix standard à la fin de chaque mois suivant un nombre précis de kilomètre parcouru. Il faut noter qu’une pénalité est imposée quand le client dépasse le kilométrage indiqué pour cette forme de l’assurance au kilomètre.

Une tarification au kilomètre près

La tarification de l’assurance au kilomètre près consiste quant à lui, à payer au kilomètre près sa prime d’assurance. Généralement, il est proposé aux clients des taux allant de 0,010 € à 0,040 €. Ces taux varient en fonction des différents types de personnes souscrivant à l’assurance au kilomètre.

Les conditions à remplir pour souscrire à l’assurance au kilomètre

personne au volant

Pour tous ceux qui désirent choisir l’option de l’assurance au kilomètre, il est exigé deux principales conditions ; ce qui n’est pas le cas pour une assurance obsèques. Il s’agit d’une part de l’achat d’un boîtier électronique et d’autre part de la signature d’un engagement.

L’achat d’un boitier électronique

Si l’assurance au kilomètre repose fondamentalement sur le décompte du kilométrage parcouru, il est nécessaire, voire indispensable de disposer d’un appareil qui permet de renseigner sur les éléments nécessaires à la comptabilisation du kilométrage. C’est là, toute la pertinence du boitier électronique. Installé dès le début du contrat de l’assurance aux frais de l’assureur, il permet de donner toutes les informations liées aux distances parcourues, à l’état des sentiers arpentés et aux horaires de déplacement. Toutes ces données sont transmises à l’assureur par le biais de cette boîte à temps réel.

Un engagement à respecter

Dans toutes les formes d’assurance, il y a toujours un engagement à prendre. C’est également le cas pour l’assurance au kilomètre. Ici, plus qu’ailleurs, il faut convenir avec l’assureur d’un kilométrage précis à ne pas dépasser au cours de l’année. La plupart des agences d’assurance au kilomètre prévoit entre 7000 et 120000 kilomètres. Le taux de 12 000 kilomètres ne doit pas être excédé au risque de devoir payer une pénalité.

Ainsi, si la boîte électronique à la fin de l’année affiche un kilométrage au-dessus celui qui est admis, la pénalité à payer devient importante. Elle devient si considérable qu’il n’aurait pas été nécessaire de souscrire à l’assurance au kilomètre. Il serait donc prévoyant de ne pas excéder le nombre de kilométrage convenu. Mais quand le taux initialement prévu n’est pas atteint, il y a également d’heureuses surprises.

Quand le kilométrage de l’assurance au kilomètre n’est pas atteint, il est possible dans la plupart des cas de bénéficier de la part de l’assureur d’une réduction sur le montant initialement soldé et de renouveler par ce fait, sa crédibilité. Quoiqu’il en soit, l’assurance au kilomètre a bien d’avantages qui méritent d’être connus.

Les avantages de l’assurance au kilomètre

L’assurance au kilomètre peut être dite très avantageuse pour deux principales raisons. Dans un premier temps, elle permet à toute personne qui y souscrit de pouvoir bénéficier d’une assurance qui tienne compte du nombre de kilomètres parcourus. Il n’est donc plus nécessaire de devoir débourser chaque année une grande somme d’autant plus que l’assurance d’une voiture n’est pas facultative.

Le second avantage qui est une conséquence de la précédente est celle-ci : l’assurance au kilomètre est un moyen d’économiser son argent pour l’investir dans l’une ou l’autre de ses priorités surtout quand on a des voitures qui ne sont pas toujours en mouvement.

Les voitures à assurer

Vu les avantages et la praticabilité de l’assurance au kilomètre, on peut bien proposer cette forme d’assurance à certaines catégories de voiture. Il s’agit principalement de trois types :

  • Pour les personnes d’un certain âge ;
  • Les voitures que l’on déplace à peine ;
  • Les voitures des jeunes conducteurs.

En un premier lieu, l’assurance au kilomètre, il faut le dire, sera très pratique pour les personnes qui se déplacent très peu ou presque pas souvent avec leur voiture. Ceci concerne également les personnes dont la distance à parcourir est assez modeste. On pense ici aux personnes à la retraite qui ont besoin également d’un organisme assurance vieillesse.

La deuxième catégorie de voiture à assurer au kilomètre, ce sont les voitures que l’on déplace à peine, si ce n’est que pour servir en période de congés ou de vacances. Il s’agit entre autres des camping-cars.

Une troisième catégorie de personnes serait les jeunes conducteurs. Ils gagneraient beaucoup à souscrire à l’assurance au kilomètre pour économiser un peu.

Soyez le premier à voter