5 raisons de commencer à épargner avec une assurance-vie

Il y a de nombreux projets dont la réalisation nécessite un capital important. Il existe à cet effet un large panel de produits d’épargne à moyen et à long terme permettant de rassembler les fonds nécessaires. L’assurance-vie est l’un des plus avantageux, mais beaucoup l’ignorent malheureusement. Voici 5 raisons de commencer à épargner avec ce produit d’assurance.

Une assurance-vie est un excellent moyen d’épargner pour les études de vos enfants

En France et ailleurs dans le monde, les études universitaires coûtent environ 10 000 euros par an. Ce montant peut baisser ou augmenter très légèrement en fonction du statut de l’étudiant, son université et sa formation. De nombreux parents ont compris qu’ils doivent se préparer financièrement pour accompagner efficacement leurs enfants à cette étape de leur vie. La question majeure à laquelle ils sont confrontés est le choix du produit d’épargne le plus approprié.

Grâce à ses principes très flexibles, l’assurance-vie offre de nombreux avantages pour vous permettre de préparer au mieux le financement des études de vos enfants. Ce produit d’épargne est mieux rémunéré qu’un livret A. Il bénéficie aussi d’un cadre fiscal souple qui offre de nombreuses possibilités aux parents. Vous pouvez par exemple souscrire directement le contrat d’assurance-vie au nom de votre enfant.

Vous y épargnez selon votre rythme. La somme cotisée au terme du contrat et les gains générés reviendront à l’enfant à sa majorité. Vous pouvez aussi ouvrir le contrat en votre nom. Dans ce cas, il faudra mettre votre enfant comme bénéficiaire du capital en cas de décès. Au cours de votre vie, vous pouvez utiliser cette épargne pour financer les études du bénéficiaire. Le capital lui reviendra également en cas de décès avant cette échéance.

L’assurance-vie s’avère même plus avantageuse que l’investissement locatif. En effet, les loyers perçus sur une location subissent une déduction plus importante qu’un rachat effectué sur un contrat d’assurance-vie. Avec cette solution, vous pouvez définir la répartition de votre épargne en fonction de vos revenus et de vos objectifs. Cela vous permet par exemple de maintenir un niveau de vie respectable tout en constituant un capital important sur le moyen ou le long terme.

épargner avec une assurance-vie

Vous pouvez utiliser cette épargne pour rembourser votre hypothèque en cas de décès

L’assurance-vie a un mode de fonctionnement différent de celui de l’assurance-vie hypothécaire, mais elle peut aussi servir pour le remboursement d’une hypothèque en cas de décès. À la mort du souscripteur, l’assureur procède au dénouement du contrat. Le capital épargné et les intérêts vont aux bénéficiaires que le client aurait déjà définis lors de la souscription. Il peut s’agir des enfants, des conjoints, concubins, frères et sœurs ou autres membres de la famille.

Si l’intéressé avait souscrit un prêt hypothécaire qu’il n’avait pas fini de rembourser, les bénéficiaires ont la possibilité d’utiliser la rente pour le remboursement de l’hypothèque. Si aucun ayant droit n’est désigné, le capital entre dans l’actif de la succession.

Le client peut aussi affecter spécifiquement le montant de son assurance-vie au remboursement de son hypothèque. Le contrat d’assurance-vie peut être souscrit pour une durée différente de celle du prêt hypothécaire. Néanmoins, il sera précisé dans les clauses bénéficiaires que le capital devra servir en priorité au remboursement de l’hypothèque avant la distribution aux ayants droit. C’est une solution qui vous permet de protéger efficacement votre famille en leur garantissant un toit, même en cas de décès. La fiscalité de l’assurance-vie après la mort du souscripteur sera établie en fonction de la date d’ouverture du contrat, du montant versé et de l’âge de l’intéressé.

Vous et vos proches êtes pris en charge financièrement s’il vous arrive quelque chose

Dans un contrat d’assurance-vie, vos cotisations peuvent servir plus tard comme un complément de revenus pour vous permettre de maintenir votre niveau de vie. Vous pouvez procéder par des retraits réguliers à votre guise une fois que vous ferez admettre vos droits à la retraite. Si vous vous retrouvez en situation d’invalidité à cause d’un accident ou d’une maladie, l’assurance-vie vous protège également. Votre famille sera prise en charge. L’épargne réalisée dans le cadre d’un contrat d’assurance-vie peut être utilisée sous forme de rente viagère par exemple. Ce choix est d’ailleurs celui qui vous protège mieux vos proches et vous.

En fonction du capital cotisé et des gains réalisés, une somme d’argent fixe vous sera versée périodiquement par la compagnie d’assurance. Les versements peuvent être mensuels, trimestriels ou annuels. Suivant les conditions du contrat, vous pouvez percevoir cette somme d’argent jusqu’à votre décès. La rente viendra compléter votre pension d’invalidité qui est souvent insuffisante pour maintenir le même niveau de vie.

Les experts de la compagnie d’assurance peuvent déterminer le montant idéal de la rente en fonction du niveau d’invalidité. Cela se passe dans des conditions similaires à celles d’une assurance invalidité pour vous permettre de bénéficier d’une protection optimale. Après votre mort, la rente reviendra au bénéficiaire que vous aurez désigné. Il s’agit habituellement d’un conjoint ou d’un proche qui aura la charge de vos enfants.

Vous pouvez utiliser votre assurance-vie comme véhicule d’investissement

L’assurance-vie est un contrat dynamique qui s’adapte à tous vos besoins. Grâce à ses unités de compte, vous pouvez investir sur divers produits du marché financier. Le contrat vous offre plusieurs possibilités en fonction du niveau de risque. Par exemple, vous avez le choix entre le monosupport encore appelé compartiment en euros ou le multisupport appelé compartiment en unités de compte.

Le premier support vous offre plus de sécurité, car le capital cotisé est toujours garanti par la compagnie d’assurance. Il vous donne droit à une rémunération annuelle certaine. Dans ce contexte, les fonds sont placés sur des produits financiers comme les obligations d’État. Pour ce type de contrat, vous bénéficiez d’un revenu annuel non imposable. Néanmoins, le rendement est plus faible dans ce contexte, puisque le placement est sans risque.

Avec le compartiment en unités de compte, une partie de votre épargne est placée sur des actifs liés à la bourse. Vous accédez au marché financier et à des placements sur les actions, les obligations, les fonds d’investissement… L’autre partie du capital est placée sur les fonds euros. La particularité de cette option se trouve dans le fait que la totalité du capital n’est pas garantie. Le rendement est toutefois plus élevé que celui du contrat monosupport.

Si vous comptez utiliser votre assurance-vie comme véhicule d’investissement afin de bénéficier de revenus non imposables, vous devez donc étudier minutieusement les offres des assureurs. Les compagnies les plus performantes misent toujours sur des unités de compte labellisées. Elles optent aussi pour des investissements qui concilient la performance économique et l’impact environnemental. Vous réalisez donc un investissement responsable par le biais de votre compagnie d’assurance.

Assurance-vie avantages

C’est un excellent moyen de protéger votre succession contre les impôts et les créanciers

Après le décès du souscripteur d’un contrat d’assurance-vie, son épargne est versée aux bénéficiaires. S’il s’agit d’un seul ayant droit et qu’il est un conjoint ou un partenaire de Pacte civil de solidarité (Pacs), il ne paiera pas de droit de succession. Cela reste valable même si vous alimentez le compte après 70 ans. Étant donné que la rente n’entre pas dans la succession quand il y a des bénéficiaires au contrat, vous protégez vos héritiers des impôts et des créanciers. Votre épargne ne sera pas considérée comme un patrimoine déductible des impôts et des créances.

Si vous avez plusieurs bénéficiaires qui ne correspondent pas aux profils pouvant profiter d’une exonération totale, la fiscalité reste tout de même allégée. Il y a un abattement de 152 500 euros par bénéficiaire pour les sommes cotisées avant 70 ans. Ensuite, un taux de 20 % est appliqué sur la part imposable du capital de chaque bénéficiaire. En ce qui concerne les cotisations versées après 70 ans, le fisc procède à un abattement unique de 30 500 euros sur toute la somme. Ensuite, le reste de l’épargne est versé dans l’actif de succession. Malgré cela, les intérêts générés par cette somme sont entièrement exonérés.